eJournals Vox Romanica 76/1

Vox Romanica
0042-899X
2941-0916
Francke Verlag Tübingen
10.2357/VOX-2017-006
Es handelt sich um einen Open-Access-Artikel der unter den Bedingungen der Lizenz CC by 4.0 veröffentlicht wurde.http://creativecommons.org/licenses/by/4.0/
2017
761 Kristol De Stefani

De Chrétien de Troyes au Lancelot imprimé

2017
Gaëlle  Burg
De Chrétien de Troyes au Lancelot imprimé 163 Vox Romanica 76 (2017): 163-177 DOI 10.2357/ VOX-2017-006 De Chrétien de Troyes au Lancelot imprimé La symbolique romanesque du Moyen Âge à la Renaissance Gaëlle Burg (Bâle) Abstract: Criticism often mentions aesthetic disruptions which cross medieval romance -writing: -first-defined-by-its-spiritual-vocation,-its-omnipresent-symbolism-and-its-transcendentaldimension,itgraduallybecamemoreliteralandmodern.-Thisstudydealswiththeevolutionoftheromancesymbolismfromthe- Middle-Agesto- Renaissancebyproposingadiachronicanalysis of three chivalrous adventures originally contained in Chrétien de Troyes’s Chevalier de la Charrette,whichare- «lalanceenflammée»,- «leguéinterdit»and- «le- Pontdel’Épée».- We-will-examine-the-development-of-this-initially-symbolic-episode,-which-is-part-of-a-Celticsupernatural-and-courtly-love-dimension,-by-observing-the-rewriting-of-the-three-aforementionedadventures,-from-Chrétien-de-Troyes-until-the-printed-Lancelot,-including-the-first-XIII th century manuscripts of the Prose Lancelot. Keywords: Medievalnarrative,- Symbolicromance,-Arthurianliterature,- Prose,- Chivalricromance,-Lancelot,-Chevalier-de-la-Charrette,-Chrétien-de-Troyes On-sait-que-la-pensée-médiévale-considère-l’existence-de-plusieurs-niveaux-de-signification,-ce-qui-s’illustre-d’abord-à-travers-l’Écriture-Sainte-et-la-dichotomie-semblance/ senefiance. La senefiance est recouverte du voile de la semblance,quiladissimuletoutensignalantsaprésenceeteninvitantàlachercher.- Leromanmédiévalfonctionne-sur-le-même-principe: -le-lecteur-est-invité-à-la-quête-d’un-sens-qui-transcendel’aventure individuelle pour se révéler in fine 1 .-Or,-Michel-Zink-rappelle-que-dès-la-findu-Moyen-Âge,-le-roman-«devient-romanesque-au-sens-moderne-et-commun-du-mot-…aucun-enjeu-transcendant-n’est-plus-impliqué-par-l’aventure-individuelle,-réduite-à-uneétape-dans-la-conquête-par-le-héros-de-l’amour-et-du-bonheur» 2 . L’écriture romanesque médiévale-est-ainsi-animée-par-des-bouleversements-esthétiques: -d’abord-définie-parsa-vocation-spirituelle-et-son-symbolisme-omniprésent,-elle-finit-par-se-réduire-à-unedimensionpluslittéraleetmoderne.- Pourmieuxappréhendercetteévolutiondelasymbolique-romanesque-du-Moyen-Âge-à-la-Renaissance,-on-analysera-trois-péripétiesoriginellement issues du Chevalier de la Charrette: -la-lance-enflammée,-le-gué-interditet-le-Pont-de-l’Épée.-On-s’interrogera-sur-le-devenir-de-cet-épisode-initialement-symbolique,-emprunt-de-merveilleux-celtique-et-qui-s’inscrit-dans-une-conception-courtoi- 1 - Sur-cette-question,-cf.-S éguy 2001 et V alette 2008.-Sur-le-lien-entre-composition-romanesque-et-le-sens-des-romans-en-vers,-cf.-l’étude-classique-de-K öhler 1970. 2 Z inK 1983: -298.-Cf.-également-à-ce-sujet-les-thèses-de-K öhler 1955/ 1956: 287s. Gaëlle Burg 164 Vox Romanica 76 (2017): 163-177 DOI 10.2357/ VOX-2017-006 se-de-l’amour.-Dans-un-premier-temps,-quelques-considérations-théoriques-concernantlepassageduversàlaproseetsesconséquencessurlasymboliqueromanesqueserontnécessaires.- Ils’agiraensuited’observerlamiseentextedestroisexemplesmentionnés,-depuis-Chrétien-de-Troyes 3 jusqu’au Lancelot imprimé 4 ,-en-passant-parles premiers manuscrits du Lancelot en prose au XIII e siècle 5 . Du vers à la prose 6 L’apparition tardive de la prose 7 laissesupposerqu’ellesedéfinisseparrapportauvers: -elle-serait-une-expression-plus-directe,-libérée-des-contraintes-de-la-versificationet de l’ornementation 8 . Un lieu commun maintes fois illustré dans les prologues dès la fin-du-XII e -siècle,-est-d’affirmer-que-la-prose-est-plus-vraie-que-le-vers.-D’une-part,-elleest-le-langage-privilégié-du-sacré,-de-la-Bible-et-donc-de-Dieu 9 .-D’autre-part,-elle-est-le- 3 - Nous-nous-référerons-à-l’édition-de-M éla 1992. 4 Notre analyse s’appuie sur l’édition de J ean l e B ourgeoiS / J ean D u P ré 1488 (cf. la description détaillée qu’en donne t aylor 2014: 64-76). Nos recherches ont montré que cette édition s’appuiesurunesourcetardivequicorrespondraitàlaversionlonguedel’ensemblecyclique- Lancelot-Queste-Mort Artu,-considérablement-abrégée-par-le-remanieur-et-en-parenté-avec-les-Ms- Oxford,-Rawlinson-Q.b.6-de-la-Bibliothèque-Bodléienne-ou-B.N.f.fr 339. La version de 1488 diverge-sur-quelques-points-de-détail-de-celle-des-deux-manuscrits,-ce-qui-accréditerait-soit-la-thèse-d’uneversion-intermédiaire-(sans-doute-proche-de-l’imprimé,-donc-du-XV e -siècle,-si-l’on-tient-compte-desindices-du-prologue),-soit-celle-d’une-version-propre-à-l’imprimé.-Cf.-B urg -à-paraître. 5 Notre édition de référence est celle de M icha - 1978.- Surl’épisodedela- Charrettedansle- Lancelot en prose,cf.lemémoiredéjàanciendel ot -B oroDine 1918: 383-417; et les travaux plus-récents-d’Annie-Combes-(c oMBeS 2001, Le Conte de la Charrette dans le Lancelot en prose, une version divergente de la Vulgate-2009,-c oMBeS 2007: -173-86,-c oMBeS 2012a: -33-57,-c oMBeS 2012b: -49-70). 6 - Noussommestributaire,concernantcertainesremarquesetréférencesbibliographiques,dutravail-de-synthèse-effectué-par-Richard-t rachSler -2000b: -40-48-(«Du-vers-à-la-prose»). 7 - Àlafindu- XII e siècle,lalectureorale,plusadaptéeàlarécitationdestextesenvers,estconcurrencéeparlalecturesilencieuse,propiceauxlonguesphrasesamplifiéesdelaprose.- Cechangementd’ordresociologique,largementremisenquestioncesdernièresannéespuisqu’onconsidèreaujourd’hui-que-la-voixest-présente-jusqu’à-la-fin-du-Moyen-Âge,est-généralement-lepremier facteur évoqué dans cette évolution (cf. P oirion 1978: 74-75 et F raPPier 1978: 505). 8 - Au-Moyen-Âge,-la-référence-en-matière-de-définition-de-la-prose-(d’abord-latine)-est-Isidore-de- Séville: -«Prosa-est-producta-oratio-et-a-lege-metri-soluta.-Prosum-enim-antiqui-productum-dicebantet-rectum.-Unde-ait-Varro-apud-Plautum- ‘prosis-lectis’significari-rectis; -unde-etiam-quae-non-estperflexa-numero,-sed-recta,-prosa-oratio-dicitur,-in-rectum-producendo.-Alii-prosam-aiunt-dictam-abeo,-quod-sit-profusa,-vel-ab-eo,-quod-spatiosius-proruat-et-excurrat,-nullo-sibi-termino-praefinito.»- (V alaStro c anale 2014: 168). 9 - Rappelons-l’influence-de-la-prédication-à-la-même-époque-(cf.-Z inK -1976: -263-77).-Sur-l’influence-des-textes-religieux-qui-sont-les-premiers-écrits-en-prose,-cf.-W oleDge / c liVe 1964. 165 Vox Romanica 76 (2017): 163-177 DOI 10.2357/ VOX-2017-006 De Chrétien de Troyes au Lancelot imprimé nouveau mode d’expression de l’historiographie et de la chronique 10 ,-dont-on-connaîtles-rapports-étroits-avec-la-fiction 11 .-Par-conséquent,-il-n’est-pas-anodin-que-parmi-lespremiers romans écrits ou mis en prose 12 ,-on-trouve-des-romans-arthuriens-et-plus-particulièrement-ceux-des-cycles-du-Graal,-dont-l’écriture-est-de-plus-en-plus-christianiséeau détriment de l’illustration de l’esprit courtois 13 . La prose y sert l’expression d’une vérité-spirituelle-dont-le-sens,-fondé-sur-une-représentation-manichéenne,-précède-lerécitavantd’êtreconfirméparcelui-ci,àl’opposédelaconceptiondesromansenvers 14 .-De-plus,-la-prose-accrédite-une-vérité-historique-à-travers-la-généalogie-des-gardiens-du-Graal-qui-s’ancre-dans-l’histoire-biblique.-Dès-le-Petit-cycle-du-Graal 15 ,-une- 10 - Selon-S Piegel 1993: 2s.,-les-chroniqueurs-et-historiographes-au-service-des-seigneurs-du-Nordde la France recherchaient un nouveau mode d’expression s’opposant au discours historique en vers,-traditionnellement-rattaché-à-la-noblesse-royale-et-à-la-littérature-de-fiction (cf. aussi S teMPel 1972: -585-602).-Notons-cependant-qu’on-ne-peut-affirmer-que-la-prose-historique-a-précédé-la-proselittéraire.-On-a-là-sans-doute-un-ensemble-d’influences-réciproques. 11 - On-connaît-la-confusion,-du-Moyen-Âge-à-la-Renaissance,-entre-l’histoire-et-la-fiction-épique.- C’est-une-opposition-entre-histoire-vraie-ou-histoire-vraisemblable-d’un-côté,-et-fable-de-l’autre,-queretiennent-les-auteurs-médiévaux,-ce-qui-ouvre-la-catégorie-«histoire»-à-des-récits-fictionnels-maisrecherchant-la-vraisemblance.-Cf.-en-dernier-lieu-l’analyse-de-M ontorSi 2015: 88-97,-«Le-romanetlegenrehistorique»,et-g uenée 1980: 19.- Surlaproximitéhistoire/ fictionau-Moyen-Âge,cf.aussi S taneSco / Z inK 1992: 160,-P oirion 1978: 76s.; -pour-la-Renaissance-F eBVre 2003: 404s. 12 La première mise en prose qui nous est connue date du XIII e -siècle,-il-s’agit-du-Joseph et du Merlin-attribués-à-Robert-de-Boron.-Le-Graal-y-devient-le-vase-sacré-dans-lequel-Jésus-avait-bu-lorsde-la-Cèneet-quiavait-recueillisonsangaprès-que-Longin-luieut-percé-le-flancsur-la-croix.-Leroman,-accrédité-par-la-prose,-s’offre-donc-une-identité-historique-incontestable-pour-l’homme-du- Moyen-Âge,-puisqu’elle-est-confirmée-par-le-grand-Livre.-Daniel-Poirion-rappelle-cependant-quedes récits en prose ont dû exister avant 1200 (P oirion 1978: 75). 13 K öhler -1955/ 56: -219-affirme-que-le-passage-du-vers-à-la-prose-dans-la-littérature-s’expliquepar-l’évolution-de-la-symbolique-romanesque-des-romans-en-vers.-L’aventure chevaleresque perdantprogressivementsafinalitétranscendantale,unechevaleriespirituelle,dontleseullangagepossible-est-la-prose,-lui-est-substituée. 14 - Selon- Emmanuèle- Baumgartner,- «Demanièreunivoque,- ‹semblances›et- ‹demostrances›nefont-signe,-n’accèdent-à-la-‹senefiance›,-que-rapportées-à-Dieu,-à-la-foi,-à-la-morale,-au-dogme-chrétien».-La-clé-de-lecture-est-donnée-par-le-récit-et-impose-un-sens-chrétien.-En-témoigne-l’exemplede-l’épisode-du-Château-de-la-Pire-Aventure-dans-le-Chevalier au Lion,-dans-lequel-Yvain-délivreles-pauvres-ouvrières.-La-possibilité-est-laissée-au-lecteur-de-faire-du-château-un-lieu-symbolique-ouune réalité historique. Dans la Quête,-il-est-rebaptisé-château-des-Pucelles-et-met-en-scène-Galaad.- Son-sens-est-imposé-au-lecteur-par-le-prêtre-qui-commente-l’aventure: -les-jeunes-filles-sont-les-âmesdes-Justes-que-le-Christ,-par-sa-Passion,-a-délivrées-des-enfers (B auMgartner 1995: 85). 15 - Rappelonsquele- Petitcycledu- Graal- (antérieuraugrandcycle,le- Lancelot-Graal) aussi appelé-la-trilogie-du-(pseudo)-Robert-de-Boron,-est-composé-du-Joseph d’Arimathie,-du-Merlin et du Perceval-en-prose.-Pour-une-excellente-présentation-générale-des-romans-arthuriens-en-prose,-cf.- F raPPier 1978: 503-12-et,-plus-récemment,-D oVer 2003. Gaëlle Burg 166 Vox Romanica 76 (2017): 163-177 DOI 10.2357/ VOX-2017-006 coloration-religieuse-beaucoup-plus-marquée-s’impose.-Dans-le-Perceval en prose 16 ,on constate d’autres transformations: le héros n’est pas nice et ne porte pas la responsabilité-du-péché-de-sa-mère.-De-plus,-il-est-digne-d’emblée-de-son-lignage-sacré 17 . Le-texte-«ignore,-tout-occupé-de-sa-généalogie-édifiante,-les-éléments-générateurs-dusens-et-de-l’énigme»-(Z inK -1992: -180)-qui-faisaient-la-spécificité-du-texte-de-Chrétien.- Dans le cycle du Lancelot-Graal,-le-récit-tend-de-plus-en-plus-vers-le-mysticisme.-Lepoint culminant est atteint dans la Queste,-les-péripéties-chevaleresques-allégorisantde-manière-permanente-le-combat-entre-les-forces-divines-et-maléfiques.-Le-chevalierparexcellence,- Galaad,yestcaractériséparsachastetéetsesvaleursmorales.- Le- Lancelot-de-Chrétien,-fin’amant éperdu-de-la-reine-Guenièvre,-commence-à-perdre-sonstatut de héros vertueux dans le Lancelot en prose. Une fois cette chevalerie spirituelle en-place,-soutenue-par-le-nouveau-langage-littéraire-de-la-prose,-aucun-retour-en-arrièrene-sera-possible.-Emmanuèle-Baumgartner-a-bien-montré-le-danger,-pour-l’avenir-durécit,-de-l’imposition-du-sens-chrétien 18 dans les romans du Graal et particulièrement dans la Quête: -«un-texte-qui,-en-donnant-à-ces-mêmes-aventures-un-sens-en-Dieu,-enrévélant-leur-‹vraie›-signification,-en-bloque-la-réinterprétation,-ou-présente-tout-texteultérieur-comme-une-rechute,-une-régression» 19 . Richard-t rachSler 2000a-s’est-intéressé-par-ailleurs-à-l’«interférence-des-matières»danslalittératurede-fiction,quis’opèreàdifférentsdegrésettoutaulongdu- -Moyen-Âge.- Sousl’effetdudéveloppementdelaproseetdel’esthétiquedetotalisation dès les XIII e -XIV e -siècles,-elle-conduit-progressivement-à-une-unification-desmatières 20 -en-une-catégorie-qui-prendra-bien-plus-tard-le-nom-de-roman-de--chevalerie 21 . 16 - Le-roman-puisesessourcesà-la-fois-dans-le- Joseph et le Merlin,-dans-le-Conte du graal de Chrétien,dansle- Brut de Wace ou encore dans la Seconde Continuation du Conte du graal de Wauchier de Denain. 17 - Le-résultat-de-ce-processus-à-long-terme,-dans-les-éditions-du-XVI e -siècle,-est-éloquent: -Perceval-est-un-chevalier-accompli-et-nommé-dès-le-début-de-sa-version-imprimée,-la-perspective-d’unparcours-initiatique-amoureux,-chevaleresque-et-identitaire-étant-totalement-abandonnée-(cf.-J ean l ongiS / J ean S aint D eniS / g alliot D u P ré 1530). Notons que les éléments paratextuels comme la-rubrication-participent-aussi-de-cette-évolution-de-la-symbolique-romanesque-puisqu’ils-adoptentun fonctionnement proleptique. 18 - Le-lecteurse-voit-imposer-uneseule-lecture-possible.-C’est-ce-que-B aKhtine 1978: 161 appelle-la-«parole-autoritaire»: -«[Elle]-exige-de-nous-d’être-reconnue-et-assimilée,-s’impose-à-nous,indépendamment-de-son-degré-de-persuasion-intérieure-à-notre-égard; -nous-la-trouvons-comme-déjàunie-à-ce-qui-fait-autorité…-C’est,-en-quelque-sorte,-la-parole-des-pères.-Elle-est-déjà-reconnue-dansle-passé! -C’est-une-parole-trouvée-par-avance,-qu’on-n’a-pas-à-choisir-parmi-les-paroles-équivalentes». 19 B auMgartner -1995: -86.-Elle-conclut-ainsi-sa-démonstration: -«Érec et Enide s’ouvrait sur la chasse au Cerf Blanc dans la forêt de l’aventure. Dans la Quête,-ce-même-Cerf-est-devenu-l’une-desmanifestations-du-Christ.-Comment-désormais-poursuivre-ailleurs,-plus-haut,-plus-loin,-la-quête-dudésir? ».-Cf.-aussi-B auMgartner 1981. 20 Cf. B urg -à-paraître-2017. 21 - Rappelonsqu’il-fautattendrele-XVII e siècleet-Charles- Sorel- (dansson- Berger extravagant en-1627)-pour-entendre-parler-de-«roman-de-chevalerie».-Auparavant,-cette-catégorie-littéraire-en- 167 Vox Romanica 76 (2017): 163-177 DOI 10.2357/ VOX-2017-006 Les textes adoptent de plus en plus une démarche cyclique dans laquelle les aventures-et-les-personnages-se-multiplient,-les-tranches-de-vie-s’allongent,-et-les-épisodesbiographiques-deviennent-des-généalogies.-La-tendance-est-à-l’accumulation-afin-derepoussercontinuellementlafindel’histoire 22 .- L’entrelacement,utilisédemanièremodérée-chez-Chrétien-de-Troyes,-y-est-utilisé-à-foison-afin-de-permettre-au-lecteurde-suivre-les-aventures-parallèles-et-souvent-interminables-des-chevaliers.-En-outre,faceàceprocessusd’unification,lesremanieurssontconfrontésàdestendancesformelles-et-thématiques-relevant-d’époques-diverses-et-adressées-à-des-milieux-sociaux différents 23 ,-qu’ils-doivent-tenter-de-concilier.-Finalement,-l’évolution-de-la-symbolique-romanesque-constitue-un-phénomène-concomitant-à-ceux-que-nous-venons-deciter.-Tous-concourent,-par-des-influences-réciproques,-à-une-dynamique-commune: -lacon-struction-progressive-du-roman-de-chevalerie-nouveau-style.-Une-chose-est-sûre,l’aventure-à-finalité-transcendantale-(le-dépassement-de-soi,-l’apprentissage-des-va-leurschevaleresques,amoureusesetreligieuses)disparaîtprogressivement,desro-mansen-vers-aux-romans-de-chevalerie-de-la-fin-du-Moyen-Âge-et-de-la- -Renaissance,-lesromans en prose tels que le Tristan et le Lancelot-Graal constituant un état intermédiaire.-Des-exploits-purement-guerriers-s’imposent-peu-à-peu,-accumulés- -parfois-demanière-absurde-et-sans-trouver-de-justification.-C’est-tout-l’univers-narratif-qui-perdainsi-sa-symbolique-originelle,-à-commencer-par-le-merveilleux-qui-devient-conventionnel-et-prévisible.-Des-magiciens-aux-mille-tours-de-passe-passe,-propres-à-divertir,sesubstituentparexempleauxenchanteursénigmatiquesetimprévisiblesdespremiers romans 24 .-Ces-considérations-théoriques-posent-certains-jalons-qui-requièrent-àprésent l’analyse diachronique de trois péripéties issues du Chevalier de la Charrette. La lance enflammée Dans le Chevalier de la Charrette-de-Chrétien-de-Troyes,-on-lesait,-Lancelot,-partiàlarecherchede- Guenièvreenlevéepar- Méléagant,choisitdemettresonhonneurconstructionétaitsimplementappelée- «roman»- (cf.- M ounier 2004: 157-82 et M ounier 2007: 41-76). 22 - Rappelonsquelesgenreslongsétaientplusprestigieuxauprèsdupublicaristocratique,etquelesprocédésd’amplificationontétéabondammentexploitésparlescopistes,prosateursetremanieurs des XIV e et XV e -siècles,-parfois-de-manière-justifiée-afin-de-clarifier-la-narration,-maissouvent-pour-le-simple-plaisir-d’«allonger-la-conjointure»-(cf.-B eaulieu -1991: -194).-Sur-la-prosecomme-choix-esthétique,-cf.-B auMgartner 1989: 7-13 et c erquiglini 1981. 23 Cf. B outet / S truBel 1979: 96. 24 - «Quoique-ce-type-d’errance-chevaleresque-dans-un-monde-merveilleux-(Perceforest et Amadis comportent-bon-nombre-de-fées,-de-géants-et-d’enchanteurs)-ne-soit-pas-en-lui-même-nouveau-auxquinzième-et-seizième-siècles,-il-reste-que-la-façon-dont-on-lui-donne-corps-à-cette-époque-fait-ensorte que la quête perd son caractère téléologique pour se fragmenter en une multitude de petites actions-relativement-indépendantes-les-unes-des-autres; -actions-qui-prennent-place-dans-un-univers,fantastique-certes,-mais-dont-le-symbolisme-originel-a-été-édulcoré-au-point-de-n’être-présent-quedans-quelques-éléments-du-décor-censés-mettre-en-évidence-la-valeur-du-héros»-(B eaulieu 1991: 193). De Chrétien de Troyes au Lancelot imprimé Gaëlle Burg 168 Vox Romanica 76 (2017): 163-177 DOI 10.2357/ VOX-2017-006 enpérilenmontantsurunecharretted’infamieconduiteparunnain,enéchangede quoi il aura des nouvelles de la reine. Gauvain décide de suivre la charrette sans vouloir-y-monter-lui-même-et-sans-reconnaître-le-chevalier-honni.-À-la-tombée-de-lanuit,-ils-sont-reçus-par-une-châtelaine-qui-leur-fait-préparer-deux-lits-dans-une-grandesalle. Un troisième lit plus somptueux leur est défendu puisque nul ne s’y couche s’il ne-l’a-mérité,-encore-moins-un-chevalier-honni.-Lancelot-brave-l’interdit-malgré-lesmenaces-de-la-châtelaine-et-est-attaqué-en-pleine-nuit-par-une-lance-enflammée.-Chez- Chrétien,-il-se-contente-de-la-jeter-à-terre-sans-même-prendre-la-peine-de-se-lever-etsans-s’émouvoir,-avant-de-se-rendormir: Et-li-chevaliers-s’est-dreciez, S’estaint-le-feu-et-prant-la-lance, Enmi-la-sale-la-balance, Ne-por-ce-son-lit-ne-guerpi, Einz-se-recoucha-et-dormi Tot autresi seüremant Com il ot fet premieremant (v. 528-34). Probablementàjustetitre,lacritiquea-vudanscetépisodelapremièred’uneséried’épreuves qui permettront au chevalier dépossédé de son honneur et de son nom de prouver-sa-vaillance-et-de-rejoindre-l’inaccessible-et-mythique-royaume-de-Gorre-pourdélivrer la reine et les captifs originaires de Logres. Dans l’édition du Lancelot-en-prose-par-A.-Micha,-l’apparition-de-la-lance-conservele-même-caractère-merveilleux,-mais-un-élément-a priori anodin dans la réaction du héros-pourrait-donner-un-tout-autre-sens-à-la-scène: -«Et-Lancelot-saut-sus,-si-la-voitel-lit-fichiee-tote-droite-et-il-le-sache-fors,-si-la-lance-tant-loing-com-il-puet-et-dist-quedehez-ait-comme-coars-qui-la-lança,-quant-il-ne-feri-demanois.»-(p.-17).-Pour-le-personnage,iln’estdoncplusquestiond’unelanceaniméeparuneforcesurnaturelledont-le-but-est-de-prouver-le-caractère-d’exception-du-chevalier,-mais-d’un-adversairebien-réel,-un-«coars»-qui-aurait-manqué-sa-cible.-Gauvain,-qui-ne-s’était-pas-réveilléchez- Chrétien,renforçantl’exploitde- Lancelot,s’informecettefoisdelasantéduhéros-qui-le-rassure-et-lui-conseille-de-se-rendomir.-Si-la-version-de-l’édition-de-1488-nemodifie-toujours-pas-la-description-merveilleuse-de-la-lance,-elle-développe-cependantla visée rationalisante: Atantlievesus-Lancelotetmetlamainal’espeequiensonchevetestoitetquantilnevoitnully-si-fiert-en-la-lance-si-durement-que-en-deux-pieces-la-fait-voler-puis-esrache-la-piece-quiau-lit-fu-demouree-si-la-jecte-parmy-la-salle-par-maltalant,-puis-il-met-ung-manteau-sur-son-colets’envaparleansserchantpartoutpoursçavoirs’ilpourroittrouvoirceluiquilalanceluyavoit-jectee,-mais-il-ne-treuve-riens,-puis-s’en-revient-en-son-lict-et-se-est-dedens-couché-et-ditque honny soit comme couart et recreant qui la lance lui jecta quant il ne se veult monstrer a lui-(vol.-1,-f.-z. Vii v°). 169 Vox Romanica 76 (2017): 163-177 DOI 10.2357/ VOX-2017-006 Lancelotamaintenantsonépéeàportéedemainalorsqu’ilétaitdésarmédanslesversionsprécédentes.- Ilnejettepluslalanceenflamméedansunélandéterminéetcourageux,-mais-la-brise-en-deux-avec-son-épée-de-manière-impulsive,-avant-de-devoirtoutdemêmeretirerlemorceaufichédanslelit.- Celasoulignel’inutilitédesonpremiergestequiendevientpresquegrotesque.- Puisilquittepourlapremièrefoisson-lit,-avec-la-ferme-intention-de-retrouver-le-«couart»-qui-«lance-luy-avoit-jectee».- Les-effets-de-réel,-certes-relatifs-à-l’amplification-dans-le-processus-de-mise-en-prose,comme le manteau dont il se couvre avant de se lever et l’éventualité d’un adversaire humain,prolongentégalementleprocédéderationalisationentamédanslaversionprécédente.- Lascènesetermineànouveauparl’inquiétudede- Gauvainavantunretour-au-calme.-Ainsi,-tout-en-conservant-des-traces-du-merveilleux-de-Chrétien,-letexten’échappepasàuneévolutiondelasymboliqueromanesque.- L’amplificationdesexploitschevaleresquesduhérosconcoureàunerationalisation-de-lapéripétie.- Elle-semble-vidée-de-sa-symbolique-originelle: -Lancelot-n’est-plus-soumis-à-des-forcessurnaturelles lui permettant de prouver sa vaillance et sa singularité au sein d’une série d’épreuves-initiatiques.-Son-comportement-impulsif-incline-au-prosaïsme.- Le gué interdit Lesecondexempleestconstituédedeuxpéripétieschez- Chrétiende- Troyes,quifusionnent en une seule dans les versions postérieures. Il s’agit de la traversée du gué interdit et de la découverte du peigne de Guenièvre. Dans le Chevalier de la Charrette,-Lancelot-et-Gauvain-se-quittent-après-avoir-choisi-d’emprunter-chacun-uneroute-différente-pour-se-rendre-au-royaume-de-Gorre,-celle-du-Pont-de-l’Epée-et-celledu-Pont-sous-l’Eau.-Alors-que-Lancelot-chemine,-il-entre-dans-une-profonde-rêverieamoureuse,-longuement-développée-par-l’auteur,-sans-prêter-attention-au-gué-interditoù l’emmène son cheval. Le gardien l’assaille après plusieurs avertissements que le héros,-toujours-absent,-n’entend-pas.-Lancelot-retrouve-alors-ses-esprits-et-remportele-combat,-avant-de-cheminer-vers-une-nouvelle-péripétie,-celle-de-la-demoiselle-impudique. La situation représentée ici constitue un lieu commun 25 de la poésie lyrique destroubadourspuisdelalittératuremédiévaleengénéral,quiremonteà- Guillaume-IX-d’Aquitaine 26 .-Michel-S taneSco 1984: -48-68-a-montré-comment-le-troubadourtransforme-une-technique-du-corps-proprement-chevaleresque,-un-état-de-somnolenceproduit-par-la-régularité-et-la-monotonie-de-la-marche-du-cheval,-en-un-procédé-poé- 25 On le retrouve également dans le Conte du graal-au-moment-de-la-contemplation-par-Percevaldes-trois-gouttes-de-sang-dans-la-neige.-C’est-la-preuve-que-le-héros,-après-une-longue-évolution,-estdésormais-capable-de-ressentir-un-véritable-amour-de-fin’amant et de dépasser le mode littéral pour avoir-accès-au-mode-symbolique. 26 - Farai-un-vers-de-dreit-nien: / Non-er-de-mi-ni-d’autra-gen,/ Non-er-d’amor-ni-de-joven,/ Ni-de-renau,/ Qu’enans-fo-trobatz-en-durmen/ Sus-un-chivau-(P aSero 1973: -92-94,-v.-1-6). De Chrétien de Troyes au Lancelot imprimé Gaëlle Burg 170 Vox Romanica 76 (2017): 163-177 DOI 10.2357/ VOX-2017-006 tique-symbolisant-un-moment-privilégié-d’inspiration 27 . Lorsqu’il crée et qu’il a accès à-la-révélation,-le-poète-devient-un-rêveur-qui-«desvoit»,-s’écarte-de-la-bonne-voie.-Ilperd-le-sens,-ce-qui-lui-permet-de-se-soustraire-à-la-domination-du-monde-extérieur.- Avecledéveloppementducourantcourtois,cemotifconservesavaleurderituelprivilégié-de-révélation,-tout-en-étant-transposé-dans-un-contexte-amoureux: -l’état-de- «dorveille»permetlacontemplationvoirel’accèsàl’extaseamoureuse.- Enaccordavec-l’évolution-de-la-symbolique-romanesque,-cet-épisode-courtois-et-sa-perspectivetranscendante ont totalement disparu des versions en prose 28 . Le texte du XIII e siècle seborneàmentionnerl’ellipsedemanièrepresquedédaigneuse: - «Quant- Lancelosse-parti-de-mon-seignor-Gauvain-a-la-voie-des-.II.-pons,-si-erra-jusqu’al-vespre-sans aventure trover dont l’en doie parler et lors aconsieut la damoisele qui la voie li avoit mostree»- (p.- 19).- Quantàlaversionde- 1488,ellepassedirectementàlapéripétiesuivante,celledelademoiselleimpudique: -«Siprent-Lancelotsonchemintoutparsoy.-Tant-chevaucha-qu’il-lui-avesprist-durement.-Et-lors-l’ataint-la-damoiselle-qui-luiavoit-enseignié-la-voie.»-(vol.-1,-fol.-z.viii-r°).- Revenons-à-Chrétien-pour-la-suite-des-événements: -Lancelot-rencontre-la-demoiselleimpudique-qui-l’invite-à-passer-la-nuit-avec-elle.-C’est-une-nouvelle-épreuve,-psychologique-celle-là,-dont-il-sort-victorieux-après-avoir-résisté-aux-charmes-de-son-hôtesse.- Lelendemain,cettedernièreluidemandedel’escorter.- Cheminant,ilstrouventunpeigne-orné-de-cheveux-dorés-sur-le-bord-d’une-fontaine.-La-demoiselle-révèle-alors-à- Lancelot-qu’il-s’agit-de-celui-de-la-reine.-À-ces-mots,-il-se-pâme-sur-son-cheval-devantla-jeune-femme-qui-court-le-retenir.-Après-un-long-moment-d’extase,-Lancelot-finit-parcéder-le-peigne-à-la-demoiselle-impudique-mais-non-sans-avoir-d’abord-retiré,-adorélonguement,-puis-placé-contre-sa-poitrine-les-cheveux-de-sa-bien-aimée.-Les-versionsen prose confondent les deux péripéties du gué et du peigne en une seule. Dans la première,alorsque-Lancelotescortelademoiselleimpudique,ilsarriventàunguégardé-par-un-chevalier-qui-leur-demande-une-rançon-pour-traverser.-Celui-ci-prétendque-la-reine-elle-même-l’a-payé-en-lui-offrant-son-peigne,-qui-repose-sur-un-perron-del’autre-côté-du-gué.-Lancelot-refuse-la-rançon-et-engage-le-combat-à-l’issue-duquel-ilrécupère-l’objet.-Une-courte-phrase-décrit-alors-l’extase-éclair-du-héros 29 : 27 La source de ce motif proviendrait du Cantique des cantiques,-le-célèbre-Ego dormio et cor meum vigilat (cf. B raet 1979: 66). 28 - Notons-que-le-procédé-d’abrègement-est-l’une-des-caractéristiques-de-la-mise-en-prose-de-l’épisode de la Charrette (cf. les remarques de F raPPier 1978: -503-12).-Cependant,-d’autres-exemplesdu-même-type-sont-conservés,-comme-celui-où-Lancelot-pensis voit passer par la fenêtre de la châtelaine-le-cortège-de-Méléagant-et-de-la-reine.-Il-semblerait-donc-que-cet-épisode-fortement-chargésymboliquement-ne-devait-plus-être-compris-par-les-remanieurs-qui-ont-préféré-le-supprimer. 29 - Certes,-cette-synthèse-peut-être-imputable-au-procédé-d’abrègement-qui-domine,-on-l’a-dit,-lamise en prose de l’épisode de la Charrette. Il n’en demeure pas moins que la thématique courtoise est-vidée-de-son-contenu-symbolique-à-la-faveur-de-l’action-chevaleresque-qu’il-faut-poursuivre-etamplifier-sans-perdre-de-temps-pour-alimenter-le-spectacle. 171 Vox Romanica 76 (2017): 163-177 DOI 10.2357/ VOX-2017-006 si-le-maine-al-perron,-si-li-baille-le-pigne.-Et-cil-le-regarde-si-dolcement-que-tos-s’en-oblie; -puisa-levé-le-pan-de-son-hauberc,-si-le-fiche-en-son-sain-et-les-chevels-avec-et-dist-al-chevalier-quetos-quites-s’en-aille,-kar-assés-richement-s’est-raiens-(p.-28).- Il-n’est-plus-question-d’offrir-courtoisement-l’objet-à-la-demoiselle-impudique-aprèsen-avoir-délicatement-ôté-les-reliques,-mais-de-ranger-prestement-peigne-et-cheveuxavant de poursuivre sa route. L’édition de 1488 reprend également la fusion des deux péripéties en développant quelques éléments qui renforcent l’effet de réel: le gardien du-gué-réclame-sa-rançon-et-prétend-que-la-reine-l’a-payé-«moult-riche»-avec-«le-plusbeaupeigneenluminédelettresquevousveissezoncques»- (vol.- 1,fol.-A.ir°).- Levaillantetinvincible- Lancelot,quiavaittoujoursfoncétêtebaissée,s’engagealorscurieusement-dans-une-négociation: -«se-vous-le-me-monstrez,-fait-Lancelot,-je-vousen-croiray: -et-si-rendray-le-mien-payage».-Mais-le-chevalier-refusant,-ils-engagent-lecombat.-Lorsque-Lancelot-arrive-au-perron-et-trouve-le-peigne,-sa-réaction-se-calquesur celle de son homologue originel: et quant Lancelot voit le piengne qui estoit la dessus il n’eust pas tant de povoir de le prendre et-fut-si-esbahy-que-mot-ne-dit: -et-les-yeulx-lui-esbloït,-si-se-oublie-qu’il-ne-sçait-ou-il-est-et-parungpeuqu’ilnes’estpasmé.-Et-feustcheuaterreseladamoisellenel’eustretenu.-Quantilrevint de pasmoison et il vist que la damoiselle le tenoit: si lui demande que elle voulloit (vol. 1,-fol.-A.i-v°). Alors-que-le-remanieur-a-tendance-à-limiter-ce-genre-de-débordements,-il-choisit-ici,sous-l’influence-de-sa-source,-de-conserver-l’attitude-courtoise-de-Lancelot-devant-lepeigne.-Chez-Chrétien,-elle-s’inscrit-parfaitement-dans-la-conception-originelle,-sansjugement-dépréciatif-sur-le-héros,-même-s’il-éprouve-une-certaine-honte-à-être-secourupar-la-demoiselle.-Mais-l’intérêt-du-remanieur-est-l’aveu-de-faiblesse-de-Lancelot,-quipeut-se-révéler-particulièrement-efficace-dans-le-contexte-d’une-démythification 30 . 30 Nous employons ce mot dans le sens d’une dévaluation de la portée mythique du héros. On l’adit,- Lancelotperdsonstatutdehérosvertueuxdansle- Lancelot en prose. C’est Galaad qui deviendra-l’élu-et-le-chevalier-par-excellence,-caractérisé-par-sa-chasteté-et-ses-valeurs-morales.-Enrevanche,-dans-la-version-éditée-par-Annie-Combes,-les-modifications-du-prosateur-visent-à-restituerà-Lancelot-un-statut-héroïque-par-la-suppression-ou-l’atténuation-des-aspects-dévalorisants-et-l’ajoutd’actions-ou-de-propos-gratifiants-(c oMBeS 2009: 176-80). De Chrétien de Troyes au Lancelot imprimé Gaëlle Burg 172 Vox Romanica 76 (2017): 163-177 DOI 10.2357/ VOX-2017-006 Le Pont de l’Épée 31 La-péripétie-du-Pont-de-l’Epée-constitue-l’un-des-plus-célèbres-exploits-de-Lancelot.- Pour-accéder-enfin-au-royaume-de-Gorre-et-au-château-du-roi-Bademagu-où-sont-retenus-la-reine-et-les-captifs-de-Logres,-le-héros-doit-traverser-un-torrent-en-empruntant-unpont constitué d’une lame tranchante. Dans Le Chevalier de la Charrette,-le-pont-et-larivière-sont-longuement-décrits-dans-une-perspective-merveilleuse-(«fluns-au-deable»; - «Simaxponznesimaleplanche»,etc.,v.- 3009-41).- Lancelotetsescompagnonsaperçoivent-également-sur-l’autre-rive-deux-lions-menaçants-et-diaboliques-enchaînésà-un-bloc-de-pierre.-Le-héros-«fet-molt-estrange-et-mervoille»: -il-désarme-ses-pieds-etses-mains,-et-brave,-porté-par-Amour,-l’épreuve-sacrificielle.-L’auteur-souligne-en-effetque-le-sang-de-Lancelot-a-abondamment-coulé-et-qu’il-est-gravement-blessé.-Arrivé-surl’autre-rive,-il-s’aperçoit-que-les-lions-ont-disparu-et-peut-vérifier,-grâce-à-l’anneau-quelui-a-donné-la-Dame-du-Lac,-qu’ils-étaient-le-fruit-d’un-enchantement.-Leur-présencematérialisait donc la peur éventuelle de celui qui tente l’épreuve 32 . C’est également à-ce-moment-là-que-la-tour-de-Bademagu-se-révèle-à-Lancelot 33 -telle-une-apparition,récompense-finalequiluiouvrelesportesduroyaumemythiqueetinaccessiblede- Gorre.-Il-lui-reste-alors-à-libérer-Guenièvre-et-les-captifs-de-Logres-après-avoir-vaincu- Méléagant,-le-fils-du-roi.- La mise en prose du XIII e siècle et la version de l’édition de 1488 proposent deux variantesdecettepéripétie.- Danslapremière,lesdescriptionstrèssynthétiquesdupont-et-de-la-rivière-vont-encore-une-fois-dans-le-sens-de-la-rationalisation: -«puis-estvenus-a-la-planche,-si-la-voit-fiere-et-perillose; -mais-molt-le-conforte-que-l’eve-n’estoitgaire-lee,-si-estoit-ele-molt-parfont.»-(p.-58).-Si-le-Pont-reste-difficile-à-franchir,-sa-petitesse-(puisque-la-rivière-n’est-pas-large)-rassure-Lancelot.-La-version-de-1488,-elle,-selimite-à-une-très-courte-phrase-qui-semble-rester-en-suspens: -«car-trop-est-perilleux-lepont-a-passer.-Lors-regarde-Lancelot-l’eaue.»-(vol.-1-fol.-A.-vi-v°).-Le-héros-se-prépare- 31 - Sur-cet-épisode,-voir-l’analyse,-par-Annie-c oMBeS -2009: -121-25,-de-la-version-«divergente»de-la-mise-en-prose-de-la-Charrette.-Rappelons-que-cette-version-particulière-de-la-Charrette-est-conservée-par-trois-manucrits-et-tente-de-«conjoindre»-(128)-les-représentations-de-différents-intertextes-(le-poème-de-Chrétien-de-Troyes-et-son-adaptation-libre-dans-la-Vulgate) sous forme d’insertions ponctuelles,-associées-à-un-dérimage-scrupuleux.-L’objectif-du-prosateur-est-de-glorifier-le-héros-etde-proposer-un-autre-dénouement-à-l’œuvre,-en-faisant-de-Galaad-un-futur-roi,-et-de-Perceval-l’élude-la-Quête. 32 C’est l’interprétation la plus convaincante développée par M icha 1950: 345 et r oqueS 1958: xxViii . 33 - Antoinette- Salyproposetrèsjustementunrapprochementaveclechâteaudu- Roi- Pêcheurdans le Conte du graal,unautre-«châteaudenullepart,châteaudel’Autre-Monde,analogueaubruidenceltiquesusceptiblededisparaîtreaussisubitementqu’ilapparaîtprèsd’uncoursd’eau- -infranchissable».- Elleajoutequ’ilssedistinguenttoutdemêmeparlerôleconfiéauhéros: - «sitous-deux-sont-des-héros-libérateurs,-le-destin-de-Perceval-sera-de-sauver-le-Roi-Méhaignié-et-sonroyaume,-alors-que-celui-de-Lancelot-est-de-vider-de-ses-captifs-celui-de-Bademagu»-(S aly 1994: 68). 173 Vox Romanica 76 (2017): 163-177 DOI 10.2357/ VOX-2017-006 ensuiteavecsescompagnonspourlatraversée,scènequel’onretrouvepresqueàl’identique dans les deux mises en prose: Si-li-ostent-si-compaignon-les-pans-del-hauberc-par-entre-les-cuisses-et-li-lient-a-fors-coroies-decerf-et-a-gros-filz-autresi-de-fer-et-li-cosent-les-manicles,-puis-li-ont-poees-de-chaude-pois-por-plusfermement tenir a la planche (p. 58-59). Le-héros-n’est-plus-désarmé.-Le-courage-allié-au-sacrifice-du-corps-et-du-sang-versé-neconstituent-plus-le-tribut-nécessaire-à-l’accès-au-royaume-de-Gorre,-bien-que-Lancelotse-blesse-tout-de-même-les-mains-en-traversant-le-pont.-La-tour-de-Bademagu-apparaîtd’ailleursauhérosdèssonarrivée,avantlatraverséedupont.- Quantauxlions,ilsdisparaissent totalement dans la mise en prose du XIII e siècle,ous’inscriventdansune dimension nouvelle dans la version de 1488: tant se traine qu’il est venu jusques au milieu de la grant eaue et lors regarde devant lui si voyt ung grant villain qui maine deux lyons en une chaine et font telle noise que l’on les peut oÿr de-bien-loings.-…-Quant-il-vint-prez-de-terre-si-se-est-assis-dessus-la-planche-a-chevauchons-sitire son espee et met l’escu enmy son viz et les lyons sont appellez du villain si leur monstre Lancelot.-Et-quant-les-lyons-sont-deschainez-si-lui-courent-sus-tous-deux-…-(vol.-1-fol.-A-vii-r°). Lancelot-combat-vaillamment-les-lions-tout-en-s’étonnant-de-l’absence-de-sang-malgréles-nombreux-coups-qu’il-leur-porte.-Il-comprend-en-regardant-son-anneau-qu’il-s’agitd’un-enchantement,-c’est-alors-qu’ils-disparaissent.-On-voit-bien-ici-que-le-merveilleuxn’est-pas-systématiquement-supprimé-ou-rationalisé.-Il-peut-au-contraire-être-amplifiéjusqu’à-devenir-spectaculaire-dans-une-perspective-de-divertissement-du-lecteur.-Maisson-interprétation-symbolique-disparaît.-Chez-Chrétien,-Lancelot-apercevait-les-lionsavant-la-traversée-du-pont,-comme-une-projection,-on-l’a-dit,-de-la-peur-qui-pourraitdécourager-celui-qui-brave-l’épreuve.-Puis-au-moment-de-leur-disparition,-ils-constituent-le-premier-signe-de-la-réussite-de-l’entreprise,-avant-l’apparition-de-la-tour.-Dansl’impriméde- 1488,latourapparaîtdèsl’arrivéeaupont,diminuantainsiàlafoisl’enjeu-et-le-caractère-mythique-du-royaume-de-Gorre.-Quant-aux-lions,-ils-deviennentpresque-des-animaux-de-foire-accompagnés-de-leur-dresseur-grâce-à-plusieurs-effets-deréel-(«maine-deux-lyons-en-une-chaine»; -«font-telle-noise»; -«si-leur-monstre-Lancelot»; -«les-lyons-sont-deschainez»),-et-perdent-donc-eux-aussi-leur-fonction-symbolique.- Oncomprendramieuxcettenouvelleinterprétationdutexteensesouvenant,avec- Antoinette-Saly,-que-l’origine-du-royaume-de-Gorre-avait-trouvé-une-explication-dèsla partie sur Galehaut dans le roman en prose: Pour-obtenir-la-libération-de-son-oncle-le-roi-Urien,-prisonnier-du-roi-Uterpendragon-(père-duroi-Arthur),-Baudemagu-lui-avait-cédé-son-héritage,-le-Pays-de-Gorre,-non-sans-organiser-auparavant-l’exode-de-la-population.-Mais-Urien-reconquit-son-royaume-et-Baudemagu-en-hérita.-Ilfallait-le-repeupler,-ce-qu’on-fit-avec-les-sujets-d’Uterpendragon-qui-l’avaient-dévasté.-Pour-lesempêcher-de-retraverser-le-fleuve-qui-en-marquait-la-limite,-il-ne-laissa-pour-tout-passage-quedeux-ponts-étroits-et-bien-gardés.-Cette-précaution-s’avérant-bientôt-inutile,-il-les-remplaça-parle-Pont-Evage-et-le-Pont-de-l’Epée 34 . 34 S aly 1994: 69. Le passage qu’elle synthétise se lit dans l’édition M icha -1978,-vol.-1,-§21-25,- 83-86. De Chrétien de Troyes au Lancelot imprimé Gaëlle Burg 174 Vox Romanica 76 (2017): 163-177 DOI 10.2357/ VOX-2017-006 L’accès-à-un-Autre-Monde-mythique-par-un-chevalier-d’exception-est-donc-rationalisé.- Après-des-péripéties-qui,-on-l’a-vu,-ont-perdu-leur-symbolique-d’épreuve-initiatiqueou-leur-caractère-merveilleux,-Lancelot,-toujours-invincible-par-ses-multiples-exploits,mais-devenu-fautif,-rejoint-finalement-un-royaume-comparable-à-celui-d’Arthur.- Les procédés de rationalisation 35 de l’aventureet/ oud’amplificationdesexploitsguerriersetdumerveilleux,àl’œuvredanscesexemplessuccessifs,relèventbiend’uneévolutionprogressivedelasymboliqueromanesquemédiévale.- Celle-ciestmarquéeparunesimplificationdeladoublelecturesubjectivedel’œuvre.- Ilsembleraitdoncque-fixerlesenssymboliquedutexte,commel’ontfaitlesromansdu- Graal avec l’imposition d’une senefiance-chrétienne,-revienne-à-l’épuiser-de-toute-autre-potentialité-signifiante,-ce-qui-remet-en-cause-sa-dimension-subjective-initiale.-Parailleurs,-«l’hypertrophie-de-la-dimension-aventureuse-du-récit» 36 étouffe également les enjeux-transcendants-de-la-quête-chevaleresque.-Au-terme-de-ce-processus,-le-symbolique-finit-donc-par-s’effacer: -en-d’autres-termes,-c’est-la-lecture-littérale-qui-s’impose.- La dernière édition du Lancelot au XVI e -siècle-est-publiée-à-Lyon-en-1591 37 ,-sousuneformeconsidérablementabrégée.- Cecurieuxlivre,quiaétéinterprétéparlacritique-comme-un-«ballon-d’essai»-(P icKForD 1970: 910-11) en prévision d’un volume-plus-conséquent,-présente-un-style-parataxique-et-un-lexique-restreint,-composédeverbesfondéssurlaviechevaleresque.-L’absencededialogue,dedescriptionetde-psychologie-en-font-un-objet-inadapté-pour-une-utilisation-«classique»,-mais-idéalpour-une-pratique-référentielle,-consultative-et-informative-de-la-lecture 38 ,-comme-lemontre-par-exemple-l’épisode-du-gué,-réduit-à-deux-lignes: Lancelot-et-la-damoiselle-arrivent-à-une-chaussée,-où-y-avoit-un-chevalier-qui-gardoit-le-passage,etempeschoit-qu’aucun-y-passastsans-payer-tribut.-Lancelot-combat-à-luy,-le-fait-rendre-àsamercy,-et-fiancer-prison-(p.-53). Il n’est plus question du peigne de la reine ni des sentiments de Lancelot. Le gué devient-un-simple-obstacle-matériel-que-le-héros-surmonte-sans-difficulté.-La-réduction- 35 - Sansêtresystématique,ceprocédéestsansdouteleplusfréquentdanslesmisesenprose.- Rappelons-que-Georges-Doutrepont-a-tenté-de-dégager-des-tendances-narratives-communes-dans-lesmises-en-prose: -«les-tendances,-que-nous-qualifions-de-communes,-sont-divergentes-et-même-contradictoires.- Si,danstellesproses,l’espritdemoralisations’aperçoit,dansd’autresc’estl’espritd’indépendance-religieuse-qui-se-manifeste.-Par-des-traits-différents,-les-mêmes-oppositions-se-marquent: expressiondel’espritféodaletdel’espritmonarchique; - -suppressionouaffaiblissementde l’esprit épique; - succès du positif et du réalisme; - maintien ou disparition des procédés et des clichés-épiques; ---intercalation-de-nouveaux-proverbes-et-suppression-de-proverbes-rencontrés-dansles-originaux.»-(D outrePont 1939: 673-74). 36 - Expression-utilisée-par-B eaulieu 1991: 193. 37 Cf. B enoît r igauD 1591. Notons qu’après l’édition princepsde- 1488,letexteserarééditésix-fois-sous-la-même-forme-par-divers-imprimeurs-libraires-parisiens-jusqu’en-1533. 38 Cf. t aylor -2014: -204-05,-ainsi-que-B urg 2015: 305-10. 175 Vox Romanica 76 (2017): 163-177 DOI 10.2357/ VOX-2017-006 extrême-imposée-à-la-source-n’offre-plus-de-place-pour-la-thématique-amoureuse 39 et l’univers-chevaleresque-lui-même-est-vidé-de-sa-substance: -le-héros-est-ramené-à-unesuccession-d’actions-(«combattre»,-«rendre-à-sa-mercy»,-«fiancer-prison»)-qui-ne-permettent-pas-d’éprouver-réellement-sa-valeur.-Lancelot,-dépouillé-de-toute-psychologieet-de-tout-sentiment,-ne-se-caractérise-plus-que-par-des-actes: -tel-une-marionnette,-il-finit-par-perdre-son-humanité-toute-entière.-La-démythification-du-héros-et-la-dissolutionde-la-symbolique-originelle-de-l’épisode-de-la-Charrette,-entamées-dès-le-Moyen-Âge,trouvent-ici-leur-aboutissement. Bibliographie B aKhtine ,-M.-1978: -Esthétique et théorie du roman,-Paris B auMgartner ,-E.-1981: --L’arbre et le pain.-Essai-sur-La-Queste-del-Saint-Graal,-Paris B auMgartner ,-E.-1989: --«Le-choix-de-la-Prose»,-Cahiers de Recherches Médiévales 5: 7-13 B auMgartner ,-E.-1995: -Le récit médiéval,-Paris B eaulieu ,- J.-P.- 1991: - «Perceforest et Amadis de Gaule.- Leromanchevaleresquedela- Renaissance»,-Renaissance et Réforme 27/ 3: 187-97 B enoît r igauD 1591: Histoire contenant les grandes prouesses, vaillances, et heroiques faicts d’armes de Lancelot du Lac, chevalier de la Table ronde, divisée en trois livres, et mise en beau langage François.-Avec-briefs-sommaires-donnans-au-plus-pres-l’intelligence-du-tout,-etunetabledesplusprincipalesouremarquablesmatieresytraictées,- Lyon.- Exemplairedela- Bibliothèque-Municipale-de-Dijon,-cote-7813 B outet , D./ S truBel ,-A.-1979: -Littérature,-politique,-société-au-Moyen-Âge,-Paris B raet ,-H.-1979: -«Lancelot-et-Guilhem-de-Peitieus»,-RLaR 83/ 1: 65-71 B urg ,-G.-2015: -«De-Paris-à-Lyon,-les-mutations-éditoriales-du-Lancelot-du-Lac»,-in: -P. M ounier / a. r éach n gô (ed.),-Via Lyon. Parcours-de-romans-et-mutations-éditoriales-au-XVI e siècle. Carte Romanze-3,-Milano/ Torino: -305-10 B urg ,-G.-à-paraître-2017: -«L’édition-des-‹vieux-romans›-de-chevalerie-à-la-Renaissance: -catégorisation-et-construction-d’un-genre»,-in: -B. W ahlen / y. D ahhaoui (ed.),-Inventer la littérature médiévale (XVI e -XVII e siècles),-Paris B urg ,-G.-à-paraître: -L’idéal chevaleresque à l’épreuve du transfert culturel.-L’édition-des-«vieuxromans»-de-chevalerie-à-la-Renaissance c erquiglini ,-B.-1981: -La parole médiévale.-Discours,-syntaxe,-texte,-Paris c oMBeS ,-A.-2001: -Les voies de l’aventure.-Réécriture-et-composition-romanesque-dans-le-Lanceloten-prose,-Paris c oMBeS ,-A.- 2007: -«Le-dérimage-du-Chevalier de la Charrette: les vers de Chrétien comme ressource-de-la-prose»,-Littérales 41: 173-86 c oMBeS ,-A.-(ed.)-2009: -Le Conte de la Charrette dans le Lancelot en prose. Une version divergente de-la-Vulgate,-Paris c oMBeS ,-A.-2012a: -«Fiction-de-vérité-et-vérité-de-la-fiction-dans-les-mises-en-prose-du-Chevalier de la Charrette»,-in: -a. c oMBeS -(ed.),-Fictions de vérité dans les réécritures européennes des romans de Chrétien de Troyes,-Paris: -33-57 39 - Après-l’épisode-de-la-lance-enflammée-déjà,-Lancelot-qui-voyait-passer-la-reine-par-la-fenêtredu-château-demeurait-très-pragmatique-(«le-nain-le-vint-prendre,-luy-monstre-en-une-tour-Méléagant,-la-reineet-Keux,-mais-il-ne-pouvoitaller-où-ilsestoyent»,-p.-52),-là-oùson-homologue-desversions-précédentes-se-laissait-aller-à-une-longue-contemplation-extatique-de-sa-dame. De Chrétien de Troyes au Lancelot imprimé Gaëlle Burg 176 Vox Romanica 76 (2017): 163-177 DOI 10.2357/ VOX-2017-006 c oMBeS ,-A.-2012b: -«Le-Pont-sous-l’Eau-dans-l’épisode-de-la-Charrette-[vers,-proses-et-interpolations]»,-in: -D.-q uéruel -(ed.),-Mémoires arthuriennes,-Troyes: -49-70 D outrePont ,- G.- 1939: - Les mises en prose des épopées et des romans chevaleresques du XIV e au XVI e siècle,-Bruxelles D oVer ,-C.-(ed.)-2003: -A companion to the Lancelot-Grail Cycle,-Cambridge F eBVre ,-L.-2003-( 1 1942): Le problème de l’incroyance au XVI e siècle,-Paris- F raPPier - J.-1978: -«La-naissanceet-l’évolution-du-romanarthurienen-prose»,-in: - J. F raPPier / r. g riMM - (ed.),- Grundriss der Romanischen Literaturen des Mittelalters,vol.- 4/ 1,- Heidelberg: - 503-12 g uenée ,-B.-1980: -Histoire et culture historique dans l’Occident médiéval,-Paris J ean l e B ourgeoiS / J ean D u P ré (ed.) 1488: Livre ou rommant fait et compose à la perpetuation de memoire des vertueux faiz et gestes de plusieurs nobles et excellens chevaliers qui furent au temps du tresnoble et puissant roy Artus, compaignons de la Table Ronde. Specialementalalouengedutresvaillantchevalierde- Lancelotdu- Lac,- 2vol.,- Paris/ Rouen,http: / / mazarinum. bibliotheque-mazarine.fr/ idurl/ 1/ 1777 J ean l ongiS / J ean S aint D eniS / g alliot D u P ré 1530: Tresplaisante et recreative hystoire du trespreulx et vaillant chevallier Perceval le galloys jadis chevallier de la Table ronde. Lequel achevalesadventuresdusainct- Graal.-Avecaulchunsfaictzbelliqueulxdunoblechevallier- Gauvain-et-aultres-chevalliers-estans-au-temps-du-noble-Roy-Arthus,-Paris K öhler ,-E.-1955/ 56: -«Zur-Entstehung-des-altfranzösischen-Prosaromans»,-Wissenschaftliche Zeitschrift der Friedrich-Schiller-Universität Jena 5: 287-92 K öhler ,-E.-1970-( 1 1956): Ideal und Wirklichkeit in der höfischen Epik,-Tübingen l ot -B oroDine , M.-1918: -«L’épisode-de-la-Charrette-dans-le-Lancelot en prose et dans le poème de-Chrétien-de-Troyes»-in: -F. l ot ,-Étude sur le Lancelot en prose,-Paris: -383-417 M éla , c. (ed.) 1992: c hrétien De t royeS ,- Le Chevalier de la Charrette ou le roman de Lancelot,-Paris M icha ,-A.-1950: -«Sur-les-sources-de-la-Charrette»,-R 71: 345-58 M icha ,-A.-(ed.)-1978-: -Lancelot, roman en prose du XIII e siècle,-vol.-1-et-2,-Genève- M ontorSi ,-F.-2015: -L’apport des traductions de l’italien dans la dynamique du récit de chevalerie (1490-1550),-Paris M ounier ,-P.-2004: -«Les-sens-littéraires-de-roman-en-français-préclassique»,-Le Français préclassique 8: 157-82 M ounier ,-P.-2007: -Le roman humaniste.-Un-genre-novateur-français,-1532-1564,-Paris P aSero ,-N.-(ed.)-1973: -g uglielMo ix D ’a quitania ,-Poesie,-Modena P icKForD ,-C.-1970: -«Benoist-Rigaudet-le-Lancelot-du-Lac-de-1591»,-Mélanges de langue et de littérature du Moyen Âge et de la Renaissance offerts à Jean Frappier,-vol.-2,-Genève: -903-11 P oirion ,-D.-1978: -«Romans-en-vers-et-romans-en-prose»,-in: -J. F raPPier / r. g riMM -(ed.),-Grundriss der Romanischen Literaturen des Mittelalters,-vol.-4/ 1,-Heidelberg: -74-81 r oqueS ,- M.- (ed.)- 1958: c hrétien De t royeS , Le Chevalier de la Charrette. Les romans de Chrétien-de-Troyes-édités-d’après-la-copie-de-Guiot-(Bibl.-Nat.-Fr.-794),-vol.-3,-Paris S aly ,-A.-1994: -Image, structure et sens: études arthuriennes,-Aix-en-Provence S éguy ,-M.-2001: -Les Romans du Graal ou le signe imagé,-Paris S Piegel ,- G.- M.- 1993: - Romancing the past. The rise of vernacular prose historiography in Thirteenth-Century-France,-Berkeley/ Los-Angeles/ Oxford S taneSco ,- M.- 1984: - «L’expériencepoétiquedu- ‹purnéant›chez- Guillaume- IXd’Aquitaine»,- Médiévales 6/ 3: 48-68 S taneSco ,-M./ Z inK ,-M.-1992: -Histoire européenne du roman médiéval,-Paris S teMPel ,-W.-D.-1972: -«Die-Anfänge-der-romanischen-Prosa-im-XIII.- Jahrhundert»,-in: -M.-D el - Bouille - (ed.),- Grundriss der romanischen Literaturen des Mittelalters,vol.- 1,- Heidelberg: - 585-601 t aylor ,-J.-2014: -Rewriting Arthurian Romance in Renaissance France,-Cambridge t rachSler ,-R.-2000a: -Disjointures-conjointures.-Étude-sur-l’interférence-des-matières-narrativesdans-la-littérature-française-du-Moyen-Âge,-Tübingen/ Basel 177 Vox Romanica 76 (2017): 163-177 DOI 10.2357/ VOX-2017-006 t rachSler ,-R.-2000b: -Merlin l’enchanteur.-Étude-sur-le-Merlin-de-Robert-de-Boron,-Paris V alaStro c anale a. (ed.) 2014: i SiDoro Di S iViglia ,-Etimologie o origini,-Torino V alette ,-J.-R.-2008: -La Pensée du Graal. Fiction littéraire et théologie (XII e -XIII e -siècle),-Paris W oleDge ,-B./ c liVe ,-H.-P.-1964: -Répertoire des plus anciens textes en prose française depuis 842 jusqu’aux premières années du XIII e siècle,-Genève Z inK ,-M.-1976: -La prédication en langue romane avant 1300,-Paris Z inK ,-M.-1983: -«Le-roman-de-transition»,-in: -D.-P oirion -(ed.),-Précis de littérature française du Moyen Âge,-Paris: -293-305 Z inK ,-M.-1992: -Littérature française du Moyen Âge,-Paris De Chrétien de Troyes au Lancelot imprimé